Bien communiquer au téléphone : trucs et astuces

Vous êtes-vous déjà retrouvés à communiquer au téléphone avec une personne qui consultait ses fiches et cherchait une information alors que c’est elle qui vous appelait ? Vous souvenez-vous de la sensation que cela vous a procuré ? Thriès a demandé à son commercial, Michael, comment bien communiquer au téléphone pour mieux vendre.

Casque , téléphone , communiquer
Photo by: Nicole De Khors

Bien préparer l’appel

Comme vous êtes à l’initiative du contact, il faut que ce que vous ayez à dire soit clair. Définissez avant l’appel un objectif à atteindre : rendez-vous, vente, information à obtenir.
Synthétisez tout cela sur un document papier ou numérique que vous aurez sous les yeux dès le début de l’appel. N’hésitez pas à mettre en couleur les éléments importants. Ainsi, pas de risque d’oubli d’une information cruciale à demander ou communiquer.
Faites attention au lieu d’où vous appelez : un environnement bruyant, tel qu’un open space où l’on entend un brouhaha en fond sonore, peut desservir votre discours car votre interlocuteur pourrait se sentir “noyé” parmi d’autres. Si c’est possible, créez un environnement d’appel calme, votre interlocuteur doit sentir que vous êtes totalement disponible pour lui.

Faites également attention à avoir la voix claire quitte à prendre un bonbon au miel juste avant : c’est également plus agréable et cela vous rendra plus audible par votre correspondant. 

Un appel réussi : un subtil équilibre

Commencez par adopter une posture confortable qui maintient votre dos droit et vous permet de respirer plus librement. Bien communiquer au téléphone passe en effet aussi par une bonne gestion du souffle. N’hésitez pas à vous inspirer des méthodes des professeurs de chant qui parlent de “colonne d’air”. Elles peuvent vous aider à mieux respirer en parlant.

Quand votre interlocuteur décroche, présentez-vous, exposez l’objet de votre appel en 2 ou 3 phrases et demandez si vous le dérangez. Si la réponse est oui, prenez rendez-vous pour un autre appel. Si votre interlocuteur est disponible, vous pouvez détailler la raison pour laquelle vous appelez. Un appel doit être un échange entre interlocuteurs, aucun ne doit monopoliser la parole. Pendant que vous parlez, évitez au maximum les phrases sous forme négative : elles semblent toujours restreindre le champ des possibles

A la fin de l’appel, si vous le souhaitez, prenez date pour le contact suivant : nouvel appel, rendez-vous ou envoi de documents par mail. Il est important que votre interlocuteur sente que vous souhaitez maintenir le contact. 

Le point de vue de Michael sur la prospection par téléphone

Michael , commercial , téléphone , sourire

J’essaie toujours d’avoir le nom de la bonne personne à contacter au sein de l’entreprise dans laquelle je prospecte. Dans un premier temps je me renseigne plus précisément sur l’activité de mon interlocuteur. Je pose les questions sur les points qui permettront de déterminer si mon offre est pertinente pour sa société. Cette phase essentielle permet de créer un échange. Une fois cette information obtenue, il faut dans tous les cas présenter son offre en s’appuyant sur les informations obtenues précédemment. Ne surtout pas trop insister si l’on sent que l’offre n’est pas pertinente pour le prospect : il serait dommage que lui comme vous perdiez votre temps.
On pourrait croire que le meilleur discours commercial est parfaitement lisse, il n’en est rien. La personne que l’on a au bout du fil quand on prospecte n’a pas forcément besoin de ce que nous voulons lui vendre et aura tendance à vouloir refuser poliment l’offre. Il est important de laisser une faiblesse dans l’argumentaire afin que le prospect puisse formuler une objection, à laquelle on peut répondre et ainsi instaurer un dialogue. Cette façon de procéder permet de mieux mettre en avant l’offre. C’est ce que je fais pour Thriès.

Chacun de nos clients peut communiquer de la manière dont il souhaite avec sa Thriès: mail, téléphone, visio, rendez-vous ou même SMS. Nous pouvons aussi vous décharger des appels complexes, notamment aux administrations.
Et si on en parlait ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *