Entrepreneurs en couple : comment survivre ?

Bill Gates, “l’homme le plus riche du monde”, et sa femme, se sont rencontrés sur le parking de Microsoft. Aujourd’hui, ils co-président la Fondation Bill & Melinda Gates, qui oeuvre dans l’éducation et la santé. Et ils ne sont pas les seuls exemples de couples d’entrepreneurs qui peuvent être fiers de leur succès. Que l’on crée sa société à deux ou que notre conjoint.e nous rejoigne dans l’aventure plus tard, il y a quelques clés pour faire rimer amour et succes story entrepreneuriale. Thriès vous en dévoile certaines.

Communiquer : le b.a.ba des couples d’entrepreneurs

Certaines statistiques affirment qu’un entrepreneur sur trois divorce à cause de son entreprise. Mais on a peu de données sur les entrepreneurs en couple qui font un pari risqué mais qui peut renforcer leurs relations et leur réussite

Pour entreprendre à deux sereinement il faut pouvoir communiquer facilement et sans fard avec son/sa partenaire. On partage les hauts mais aussi les bas et il faut bien se connaître pour les traverser au mieux. N’hésitez pas à créer des espaces ou des temps permettant la communication. Ainsi, un canal de conversation dédié à l’activité pro et non aux sujets personnels peut être créé : Whatsapp, Signal… Ou même via sms avec vos numéros professionnels. Il s’agira d’ouvrir la conversation le plus tôt possible et de mettre au clair vos attentes et besoins respectifs dès le début de l’aventure.

La question de la communication extérieure va également se poser assez vite : dire ou ne pas dire que vous êtes en couple “à la ville comme à la scène” ? Si les investisseurs poseront probablement la question, il n’est pas forcément nécessaire de communiquer au nom de votre société sur le fait que vous soyez en couple. Attention au storytelling (raconter une histoire à des fins de communication) trop accentué sur le couple, qui serait mis en péril en cas de séparation.

Délimiter clairement le professionnel et le personnel

Le repas du soir peut être l’occasion pour beaucoup de couples de raconter sa journée de travail à son/sa partenaire. Mais si l’on a passé toute la journée ensemble à plancher sur le même projet… on peut légitimement avoir envie de déconnexion ! Pour séparer pro et perso, vous pouvez mettre en place de petits ajustements très simples. 

Tout d’abord, travailler dans un espace clairement dédié à l’activité professionnelle et non au milieu du salon ou de la cuisine familiale. Cela peut être au domicile, avec une pièce utilisée comme bureau. Et si le budget de l’entreprise le permet, détachez-vous totalement du domicile en investissant des espaces de co-working par exemple, ou de vrais bureaux fixes.

De même, utilisez un agenda partagé et définissez-y clairement les plages horaires de travail et celles de vie personnelle et familiale. En dehors des “horaires de bureaux” établis ensemble, pas un mot sur ce mail de réponse du client ou sur le dossier en attente ! Vous pourrez également prendre de vrais jours de coupure : le dimanche, interdit de mentionner la boîte chéri.e ! 

Enfin, si la plupart des couples cherchent des activités de loisirs pour se rapprocher, pour les entrepreneurs en couple dans la même entreprise, il peut être salvateur de s’accorder des temps séparés l’un de l’autre. Trouvez votre activité rien qu’à vous : un sport, du théâtre, une seconde activité pro menée en solo… ? Prenez du temps pour vous individuellement

Par ailleurs, travailler sur le même projet ne veut pas nécessairement dire travailler côte à côte. En effet, travailler séparément de temps à autre peut vous permettre d’être plus productifs sur les temps réunis. Vous ne pensiez pas devoir inviter votre partenaire à une réunion jeudi prochain à 17h ? Eh bien ça peut ressembler à ça entreprendre à deux !

entrepreneurs en couple : comment survivre ?

Bien définir les rôles de chacun

Une des clés de la réussite lorsque l’on entreprend en couple est de définir le plus clairement possible les rôles de chacun. Eh oui ! Si vous râlez à la maison car votre moitié n’a pas sorti les poubelles mais a relancé la machine que vous aviez lancé, imaginez ce que cela peut donner sur le plan professionnel …

Joanna et Thomas sont les fondateurs de Kidygo, vous retrouverez leur interview dès vendredi sur le blog de Thriès. Ils nous ont alerté sur l’importance de connaître les rôles et compétences de chacun et de bien les définir. Dans le cas contraire, “se marcher sur les pieds n’est vraiment pas agréable !” pour eux.

Prévoir un statut juridique clair et précis est en autre enjeu. Pour créer Kidygo, Joanna et Thomas ont fait le choix de réaliser une de leur première dépense importante pour la rédaction de leur pacte d’associés, et se faire ainsi accompagner au mieux dans cette phase cruciale. 

Plusieurs statuts existent pour entreprendre à deux, dont principalement :

  • le statut de conjoint-collaborateur

Accessible au conjoint du travailleur indépendant non salarié, il peut se retrouver dans le cas d’une entreprise individuelle (y compris auto-entreprise), en EURL ou SARL. Ce statut est souple, simple et assez peu coûteux.. Il permet au conjoint de bénéficier d’un statut de « chef d’entreprise bis », sans accomplir trop de formalités. A noter tout de même que ce statut n’ouvre aucun droit aux revenus du capital ni aux plus-values générées en cas de revente de l’activité. En cas de séparation, le conjoint collaborateur peut être lésé.

  • le statut du conjoint associé

S’associer est une bonne solution pour créer une entreprise avec son conjoint. On peut choisir de répartir également les parts, ou non. Ce statut est possible en cas de création d’une SARL, avec deux co-gérants majoritaires et des pouvoirs égaux ou non. Il peut également être utilisé dans le cadre d’une SAS, avec un associé nommé Président et un autre Directeur Général. Avec ce statut d’associé, chacun des conjoints possède une part du capital.

  • le statut du conjoint-salarié

Il peut être possible de salarier son partenaire. Le conjoint bénéficie ainsi de toutes les protections du droit du travail. Mais en cas de rupture, le conjoint salarié ne peut prétendre à aucun droit sur les revenus du capital.

Si c’est bien la dernière chose que l’on souhaite imaginer, mieux vaut donc prévoir les dispositions et les droits et devoirs de chacun en cas de séparation. Pour cela, faites vous accompagner par un conseil juridique.

entrepreneurs en couple : comment survivre ?

A deux … ou à plusieurs !

Vous avez lancé votre entreprise avec votre partenaire, vous vous êtes répartis les tâches, tout semble fonctionner… Et pourtant, il peut arriver que certaines tâches ne soient dans les compétences d’aucun conjoint, ou qu’aucun de vous ne veuille les réaliser (entre nous, qui se damnerait pour faire des relances fournisseurs ?). Ou encore, en cas d’un accroissement d’activité, il est possible que vous soyez fortement sollicités et que deux emplois du temps complets ne suffisent plus à assurer l’activité. Dans ces différents cas de figure, n’hésitez pas à agrandir votre équipe ! Embaucher un.e salarié.e sera plus simple à deux, et si vous avez suivi les conseils précédents, intégrer un élément de plus à votre organisation ne nécessitera que peu d’aménagements.

De même, n’hésitez pas à déléguer ! Si Thriès peut vous accompagner dans les tâches supports liées à votre activité professionnelle, pourquoi ne pas utiliser les services d’une société de ménage par exemple, pour vous préserver du temps de détente à deux.


Alors, prêts à entreprendre en couple ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *