Le jeu, outil de management ?

Pendant très longtemps, on a pensé que jouer et travailler étaient des activités contraires. Cependant, le jeu a actuellement sa place dans beaucoup d’entreprises, principalement pour se détendre à l’heure de la pause. Saviez-vous qu’il peut également être un formidable outil de management, et pas seulement dans le cadre d’opérations de team building ?
Le jeu fait totalement partie de l’ADN de Thriès. Gaspard nous a expliqué pourquoi jouer ensemble peut souder une équipe, et comment il s’en sert dans un processus de recrutement.

Un réel outil de bien-être au travail

Quand on parle de jeu au travail, la plupart du temps l’image qui ressort est celle du baby-foot sur lequel on se défoule à la pause déjeuner ou entre deux réunions.
On considère que la possibilité de jouer contribue à la qualité de vie au travail (QVT), au même titre que pouvoir faire la sieste . En effet, le jeu permet au cerveau de se détendre, et de se débarrasser des pensées parasites. Jouer peut donc paradoxalement augmenter la productivité en permettant à des idées nouvelles de jaillir.
Le jeu permet aussi de créer des liens entre les personnes, autres que les liens hiérarchiques, ce qui est un réel atout dès qu’une entreprise atteint une certaine taille. Avoir Mathias de la comptabilité comme partenaire de pétanque ou jouer contre Lucie du service contentieux permet aux salariés d’apprendre spontanément à se connaître. Il peut donc favoriser la transversalité (forme de management qui s’exerce en dehors de toute autorité hiérarchique directe).

Gagner en efficacité grâce au jeu

Avez vous déjà entendu parler de ludification ? Ce terme définit  “l’utilisation des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d’apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux.” (source Wikipédia).
La ludification utilise donc l’appétence des êtres humains pour le jeu en distribuant des bons points quand les tâches sont faites.
Il s’agit d’une forme nouvelle de management qui transpose les caractéristiques du jeu dans les domaines non-ludiques. Par exemple, des points sont distribués lors de l’accomplissement de certaines tâches peu appréciées des salariés. Le lancement de défis, dans un esprit de coopération et non de compétition, peut aussi permettre une émulation entre les membres du personnel. 

Jeu de société
Stratégie
Crédit photo : Karthik Balakrishnan 

L’agilité : un en-jeu majeur

Dans un monde du travail qui change rapidement, les équipes doivent pouvoir s’adapter et faire preuve d’agilité d’apprentissage. C’est à dire qu’elles doivent continuer à se former afin de pouvoir évoluer et gagner en efficacité. Cependant, cette compétence ne peut pas s’acquérir de façon classique, c’est tout un processus de pensée à révolutionner pour bien l’intégrer au quotidien. Le management par le jeu permet de faciliter la mise en place de ce processus.
Dans le cadre de formations, le jeu, notamment en digital, a également sa place. L’aspect ludique permet en effet de rendre l’acquisition de compétences moins contraignantes pour le cerveau qui se retrouve dans un processus plus agréable pour lui. 

Et chez Thriès?

Nous avons demandé à Gaspard Blanc, notre fondateur, de nous expliquer ce que l’utilisation du jeu apporte à la société.
“Nous jouons souvent à la pause déjeuner et le jeu nous permet, comme dit plus haut, de faire une vraie pause, de se vider l’esprit. Il permet également d’apprendre à mieux nous connaître car on révèle beaucoup de notre personnalité en jouant.
Je me sers du jeu comme outil lors du processus d’embauche. Il me permet d’en apprendre beaucoup sur la personne que j’ai en face de moi, et réciproquement. Au bout de quelques minutes, le candidat se détend, il a face à lui un partenaire de jeu et non un recruteur. Le jeu révèle beaucoup de choses sur son mode de pensée, ses réactions, dans une optique bienveillante.
Par contre, il faut choisir son jeu avec soin: il faut connaître la réaction normale des gens face à ce jeu et les compétences auquel il fait appel. On doit également opter pour un jeu qui fait appel aux compétences que l’on recherche chez le candidat. C’est donc toute une approche en amont.”

Le jeu a donc totalement sa place dans le monde du travail, y compris chez Thriès.
Avez-vous déjà été amenés à l’utiliser comme outil ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *