Ma santé d’entrepreneur.e : comment et pourquoi en prendre soin ?

De quand date votre dernière visite chez le dentiste ? Chez l’ophtalmologiste ? Et simplement… chez le médecin généraliste ? Si moins consulter les praticiens de santé est plutôt un bon signe, il faut aussi avouer que les entrepreneurs remettent souvent le sujet de leur santé au dernier plan. Et pourtant ! Et si la santé de votre entreprise dépendait en réalité, de la vôtre ?! Prendre soin de vous, en tant qu’indépendant ou dirigeant, c’est indispensable pour votre activité. Thriès vous donne quelques pistes pour ne plus oublier votre santé d’entrepreneur.e.

Les entrepreneurs : en bonne ou mauvaise santé ?

De plus en plus de données sont disponibles sur la santé des dirigeants d’entreprises, ou des indépendants. La Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur fait réaliser annuellement un baromètre de la forme des dirigeants par le cabinet OpinionWay. De même, l’Observatoire AMAROK, crée en 2009, se penche sur la santé physique et mentale des travailleurs non-salariés (TNS). Les tendances relevées par ces organismes montrent que les entrepreneurs sont plutôt en bonne santé, mais qu’ils sont soumis à des risques plus élevés que la moyenne dans des domaines bien précis.

L’entrepreneuriat expose à certains facteurs de mauvaise santé…

Les travailleurs non-salariés sont plus soumis au stress que le reste de la population. Impliqués à 100% dans leur entreprise, ils vivent les hausses et les baisses de trésorerie, les imprévus, etc… Le stress est présent continuellement et quand il est ancré dans la durée il peut avoir des conséquences importantes.

Lié à ce stress permanent, les entrepreneurs manquent de sommeil. En moyenne, ils accusent 200 heures de sommeil perdues sur une année. Ils effectuent en moyenne 55 heures de travail hebdomadaires, se lève tôt et se couchent tard pour combiner en une journée toutes leurs casquettes et missions… La situation peut alors vite tourner au surmenage, voire au burn-out.

Enfin, les entrepreneurs sont souvent en situation d’isolement. En décalage avec leur famille, 39 % déclarent ne pas parvenir à maintenir un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Au sein même de leur activité, les indépendants, comme les dirigeants, se retrouvent souvent très seuls pour entreprendre. Les responsabilités font parfois place à la culpabilité et à la pression.

… mais est aussi vecteur de bonne santé !

Les entrepreneurs sont tout de même globalement en bonne santé. Entreprendre est en effet source de multiples facteurs salutogènes ! D’abord les TNS ont globalement un sentiment de maîtrise de leur destin assez fort. Acteurs de leur vie professionnelle à 100 %, ils ressentent des sentiments de fierté, d’engagement positifs. Les entrepreneurs se sentent également en confiance : en 2019, ils étaient 90% à avoir une confiance élevée quant à leur vie personnelle dans le futur et 88% concernant leur santé.

Les dirigeants sont enfin en bonne forme physique également. Principalement touchés par le mal de dos, au même titre que le reste de la population, ils restent tout de même 8 sur 10 à se déclarer en bonne forme physique et 9 sur 10 en bonne santé mentale

On peut illustrer l’état de santé des entrepreneurs par les mots d’Olivier Torrès, qui dirige l’Observatoire Amarok : « Entreprendre reste bon pour la santé et le moral, car cette situation découle d’un choix réfléchi et mûrement préparé. Mais il est vrai que l’état général des entrepreneurs fluctue tout comme leurs revenus, à l’image des montagnes russes. Il leur faut s’accrocher pour suivre le mouvement. Et parfois, malheureusement, ça lâche ! ».

Pour préserver sa santé, mieux vaut prévenir que guérir. Avant de vous donner quelques astuces à mettre en place au quotidien pour être en forme, un petit point sur les protections santé possibles pour les entrepreneurs. 

Le point paperasse

Les entrepreneurs relèvent pour la plupart du Régime social des indépendants (RSI), comme toute personne exerçant une activité non salariée (et non agricole). Ce régime appelle l’ensemble des cotisations et contributions à payer pour leur protection sociale obligatoire.

Mais pour être complète, la couverture des travailleurs indépendants repose sur trois types d’assurances complémentaires : 

  • la complémentaire santé ou mutuelle pour le risque maladie. A ce titre, certains choisissent d’être couverts par le contrat de leur conjoint salarié, ou de souscrire leur propre contrat individuel ou collectif. D’autres ont droit à la CMU, Couverture Maladie Universelle (les TNS et leurs familles représentent la moitié des bénéficiaires du régime), de part la faiblesse de leurs revenus.
  • la prévoyance pour les risques incapacité de travail, invalidité et décès. Indispensable, d’autant plus lorsque l’on entreprend seul et que notre activité ne dépend que de soi-même !
  • l’AT/MP pour les risques professionnels. Elle donne droit à la prise en charge des soins à 100 % du tarif de l’Assurance maladie et à une indemnisation en cas d’incapacité permanente.

Ces assurances ne sont pas obligatoires mais il paraît risqué d’en faire l’impasse. Elles sont la seule solution pour une poursuite d’activité sereine (voire un maintien de revenus) en cas de soucis de santé. Bon à savoir : les cotisations de la plupart de ces dispositifs sont soumises à défiscalisation !

Enfin, concernant la maternité, les indépendantes ont désormais les mêmes droits que les salariées (même si les démarches restent parfois plus complexes pour ces premières…). Elles peuvent bénéficier de 112 jours d’arrêt, soit 16 semaines indemnisées au titre de la maternité, à condition de cesser toute activité pendant au minimum 8 semaines.

Au delà de ces protections administratives, des petits actions faciles à mettre en place permettent de préserver la santé sur la durée.

Des astuces concrètes pour votre santé d’entrepreneur

Pour commencer, adopter une hygiène de vie saine serait le meilleur conseil que l’on puisse vous donner. Pratiquez une activité physique régulière, y compris si ce n’est “que” de la marche quotidienne. Adoptez une alimentation saine et équilibrée : fruits et légumes tous les jours, des produits frais, peu transformés, sans excès de sel, sucre et gras. Limitez votre consommation d’alcool. Préservez votre sommeil : un adulte doit dormir 7 à 9 heures de par nuit pour combler ses besoins en sommeil. Pour y parvenir et pour un sommeil réparateur, délaissez les écrans au moins 1 heure avant votre coucher. Une routine “barbante” à votre goût ? Vous maintenir en bonne santé est pourtant nécessaire à la santé de votre entreprise !

Santé d'entrepreneur
Crédit @brookelark

Le secret serait peut-être d’intégrer votre santé comme un véritable projet au même titre que d’autres projets professionnels. Ainsi, ne culpabilisez pas de bloquer des créneaux quotidiens pour pratiquer votre sport favori. Vous pouvez même aller jusqu’à mettre en place des rappels sous forme de notifications sur votre smartphone par exemple. Comme l’anniversaire de tante Huguette, votre rendez-vous annuel chez le dentiste ne passera pas à la trappe !

Aussi, en tant qu’entrepreneur, vous pouvez parfois avoir la possibilité d’adapter votre organisation, votre emploi du temps, comme vous le souhaitez. C’est donc l’occasion de choisir un lieu de travail qui favorise votre mobilité active, de prendre le temps de faire les marchés de producteurs locaux avant d‘aller au bureau, ou même d’aménager un espace sieste si vous disposez de vos propres locaux ! Quoi qu’il en soit, faites de votre santé une priorité, un objectif à part entière.

Enfin, n’hésitez pas à vous tourner vers des professionnels de santé. Comme pour votre bilan comptable qui nécessite les compétences d’un expert-comptable, faites appel aux pros. En prévention, un bilan complet annuel est fortement conseillé : dentiste, généraliste, dermatologue, etc… Sans oublier votre vue, au minimum tous les deux ans pour un bilan chez l’ophtalmologiste. 

La santé mentale ne doit pas être négligée elle non plus. Se tourner vers un psychologue par exemple, ne doit pas être source de culpabilité. A noter, le ministère de l’Économie et des Finances, en collaboration avec l’association Apesa, a mis en place un numéro vert destiné aux chefs d’entreprise (0 805 65 50 50). Cette cellule de soutien psychologique a été mise en place suite à la crise économique due au Covid-19, pour que les entrepreneurs en souffrance trouve un espace d’écoute et de soutien psychologique.

Santé d'entrepreneur
Crédit @owenbeard

Prêt.e.s à prendre votre santé en main ? Thriès peut vous accompagner pour reprendre du temps pour votre santé, voire faire le point sur vos protections sociales et complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *