Parole d’entrepreneur : Les Alfredines, heureux studio de design graphique

Thriès a voulu donner la parole aux entrepreneur.e.s qui, comme nous tous, font face à la crise actuelle. Comment sont-ils.elles impacté.e.s ? Comment s’adaptent-ils.elles ? Qu’envisagent-ils.elles pour la reprise ? Nous partageons avec vous les expériences, les solutions et les conseils d’entrepreneurs pour faire face à cette situation inédite. N’hésitez pas à nous partager les vôtres !

n

Claire et Clémence ont fondé leur studio de design graphique il y a 2 ans et demi. Leur devise ? Elles s’attachent à mettre “du cœur dans les épinards” comme elles aiment à le dire. Elles créent et déclinent sur de multiples supports les identités graphiques de leurs clients de tous profils. Au sein du réseau d’indépendants lyonnais, leur créativité et leur esprit entrepreneurial  n’ont que très peu été impactés par la crise sanitaire. Nous les avons retrouvées en appel visio, pour qu’elles nous livrent leur expérience et nous révèlent leurs projets…

Bonjour Claire et Clémence, pouvez-vous nous décrire votre activité ?

Nous mettons du cœur dans les épinards ! Notre métier est de transmettre les valeurs et la richesse d’un projet, d’une entreprise par l’image. Nous créons des identités graphiques pour toutes sortes d’entités : nous travaillons aussi bien pour des restaurants que pour des entreprises de conseil ou des indépendants créatifs. Ainsi, nous construisons l’ensemble de l’image d’une marque en la déclinant avec différents outils de communication : logo, site web, supports imprimables et numériques,… Ce que l’on aime avant tout c’est accompagner des gens qui font, comme nous, leur métier avec leur cœur. Notre volonté n’est pas de créer un “simple” support de communication, mais bien d’avoir un rendu cohérent avec les activités de nos clients, avec leurs valeurs et les messages qu’ils veulent véhiculer.

Nous avons choisi de nous appeler Les Alfredines car, comme Alfred Pennyworth de Batman, nous restons dans l’ombre pour préparer les costumes et les accessoires pour les missions de nos clients super-héros.

Quel est votre lien avec Thriès ?

Nous avons créé l’identité graphique de la marque. Nous connaissions l’équipe avant même la création de Thriès. Nous avons ainsi pu assister et participer à l’ensemble du processus de développement de la marque, depuis la définition de ses valeurs, de ses ambitions, jusqu’au choix du nom, ce qui s’est révélé précieux pour imaginer la déclinaison visuelle de Thriès. Nous avons donc accompagné Thriès dans sa construction, et sommes heureuses de voir cette aventure se concrétiser autour d’un logo et de l’image des animaux totems. Notre souhait était de transmettre visuellement le professionnalisme et les valeurs de Thriès.

Quels impacts la crise a eu sur votre activité ?

Nous avons constaté un ralentissement très fort durant les premiers jours du confinement. Les deux premières semaines étaient occupées par des projets en cours mais sans aucune nouvelle mission. Cela a engendré un peu de stress dans un premier temps. Mais les entreprises avec de la trésorerie ont souhaité profiter de ce temps calme pour se pencher sur ce qu’elles n’ont pas le temps de faire habituellement : leur communication. 

Cette période de confinement a impacté nos conditions de travail (nous travaillons habituellement en espace de coworking, et nous avons de nombreux ateliers ou rendez-vous clients…) mais pas notre quantité de travail. Nous nous savons chanceuses de traverser cette crise sans trop d’angoisses professionnelles et nous sommes reconnaissantes à nos clients de nous faire confiance pendant cette période compliquée.

Quelle organisation avez-vous mise en place pendant le confinement ? Notamment pour la partie relationnelle avec vos partenaires et clients ?

Skype est devenu le sponsor officiel des Alfredines ! L’aspect relationnel est l’une des parties de notre métier que nous préférons. Nous faisons d’habitude beaucoup de rendez-vous en présentiel, il a fallu s’adapter et s’habituer à tout faire en 2D (avec quelques bugs de connexion). Nous avons finalement réussi à maintenir ce lien qui existait déjà d’ailleurs pour certains de nos clients loin de Lyon. Nous avons même pu mener un atelier de travail avec une dizaine de participants, ce qui demande une discipline toute particulière pour que chacun.e puisse s’exprimer.

Par ailleurs, dès le début des mesures de confinement, nous avons fait le choix de garder notre rythme de travail habituel, avec des horaires fixes et des temps de travail communs organisés, afin de pas rajouter de perturbations et de continuer à séparer les temps pros et persos.

Globalement, nous nous sommes bien adaptées, l’être humain est résilient et trouve des solutions pour garder le lien !

Comment envisagez-vous la suite ? Avez-vous des projets particuliers ?

Chez Les Alfredines nous voyons les choses en grand ! Nous souhaitons continuer à développer le studio dans lequel nous nous épanouissons tant. C’est pourquoi après avoir mis du cœur dans les épinards lyonnais nous souhaitons en mettre également dans les épinards parisiens. Ainsi, dès cet été nos clients pourront nous trouver aux deux bouts du TGV. Ce projet était déjà en construction avant les événements récents, et si la situation est compliquée, nous souhaitons toujours choisir l’optimisme. La vie doit continuer et nous avons avant tout une très grande envie de mener ce projet de développement de notre activité.

De beaux projets en perspective donc ! Pour finir, que tirez-vous de cette période particulière ? Si vous pouviez donner un conseil aux entrepreneurs qui, comme vous, ont dû faire preuve de résilience et d’adaptation, quel serait-il ?

Notre conseil pourra ne pas plaire à tout le monde par sa simplicité. Nous dirions avant tout de rester optimiste et de se faire confiance pour surmonter ces événements. Cela peut paraître naïf mais nous pensons sincèrement que croire en l’avenir ne peut que l’améliorer. Ce n’est pas vraiment un conseil commercial, mais c’est notre nature et notre façon de voir les choses, et cela a toujours fonctionné pour nous !

n

Merci à Claire et Clémence d’avoir partagé leur optimisme avec nous !

Vous pouvez les retrouver sur leur site internet, page LinkedIn, Facebook et Instagram.

Nous constatons avec plaisir que de nombreux entrepreneurs ont réussi à adapter leur activité et n’ont surtout pas mis de côté leurs projets et leur développement, malgré la situation. Des solutions existent pour maintenir votre activité. Si la période est pour vous l’objet d’une augmentation de votre charge de travail et mentale, Thriès peut être à vos côtés, dès 2h par semaine, sur toutes vos tâches supports. Découvrez-en plus ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *