Avocate Charlotte Bruguiere

Parole d’entrepreneure – Charlotte Bruguière, experte en droit du digital et propriété intellectuelle

Thriès donne la parole aux entrepreneur.es. Nous partageons avec vous leurs expériences, leurs solutions et leurs conseils. Aujourd’hui, nous vous présentons Charlotte Bruguière, une avocate en droit du digital et de la propriété intellectuelle indépendante. Charlotte nous partage son parcours : une véritable entrepreneure dans l’âme, qui a vite décidé créer son propre cabinet d’avocat. Elle nous explique également pourquoi la propriété intellectuelle est importante en tant qu’entrepreneur. Passionnée et passionnante, merci à elle pour ce partage.

Bonjour Charlotte, peux-tu te présenter et présenter ton parcours d’entrepreneure ?

Bonjour Thriès !
Je suis Charlotte Bruguière, avocate en droit du digital et de la propriété intellectuelle. Je suis une avocate indépendante depuis maintenant 3 ans. J’ai été pendant 5 ans collaboratrice dans 2 cabinets d’avocats à Paris. Être collaboratrice, c’est être un peu comme une salariée, j’étais rattachée à un cabinet et je travaillais pour la clientèle de ce cabinet avec des horaires et une rétrocession d’honoraires fixes. Mais au bout de 5 ans j’ai voulu partir, et j’ai décidé de m’installer à Lyon en tant qu’avocate individuelle. J’ai aujourd’hui pour projet de m’agrandir et notamment d’agrandir mon équipe. Je suis actuellement aidée par 2 stagiaires et également par Thriès pour le côté administratif.

Peux-tu nous décrire ton activité aujourd’hui et nous en dire plus sur ce que tu proposes ?

Je suis une avocate qui fait beaucoup de conseil aux entreprises. Cela signifie que j’accompagne des dirigeants à prendre des décisions qui soient juridiquement sûres.
Je les accompagne pour la rédaction et la négociation de contrats, mais également dans le développement de leurs nouvelles marques, quand ils lancent de nouveaux produits ou activités par exemple.

Je suis aussi la “hotline assistante juridique” pour pas mal de dirigeants qui ont des questions en droit propriété intellectuelle, en droit des données personnelles ou en droit de la consommation. Ils ont des projets et l’on regarde ensemble ce qui est faisable et sous quelles conditions. Les dirigeants ont besoin d’un soutien juridique, mais n’ont pas forcément les compétences en interne. Ils font donc appel à moi pour les accompagner sur des problématiques diverses, mais toujours en lien avec le droit de la propriété intellectuelle et le droit du digital.

A quel moment un entrepreneur doit-il se poser des questions pour sa propriété intellectuelle ?

La propriété intellectuelle c’est un droit qui protège tout ce qui est immatériel dans l’entreprise. L’immatériel c’est assez vaste. Ce sont par exemple toutes les créations qu’un dirigeant va être amenées à créer, dans le cadre de son activité, comme par exemple une application mobile ou un site internet. C’est aussi la protection des marques, c’est à dire des noms qui seront utilisés en relation avec les produits et services de l’entreprise.

Un entrepreneur va souvent se poser des questions de propriété intellectuelle quand il va avoir un nouveau projet, une nouvelle idée, une nouvelle innovation. 
Il va se demander il peut faire pour la protéger, pour éviter que les autres se l’approprient. C’est à ce moment que j’interviens. 

Parfois j’accompagne aussi les entrepreneurs à défendre leurs actifs immatériels par exemple. Lorsqu’ils se rendent compte qu’il y a une société qui a fait la même chose qu’eux, qu’elle s’approprie leurs créations ou leur nom. 

Puis il y a aussi des choses qui ne peuvent pas être protégées par un droir de propriété intellectuelle, comme les recettes de cuisine ou un savoir-faire par exemple.
Il est donc important danc ce cas de signer des contrats qui vont obliger des individus qui ont accès à l’information à ne pas diffuser ce savoir-faire.

Dans ton quotidien d’entrepreneure, qu’as-tu mis en place pour concilier vie professionnelle et vie perso et pour te dégager du temps pour toi ?

Alors, ça c’est un sujet vaste ! Il y a six mois, j’ai pris la décision de me faire accompagner par un coach pour m’aider mieux m’organiser et à à distinguer ma vie professionnelle et ma vie personnelle.
Il m’aide en ce moment à mettre en place un agenda par défaut. A me réserver des plages horaires dans ma semaine qui sont affectées soit au travail dans mon cabinet pour mes clients, soit à l’administratif, à la vente ou à la gestion de la stratégie de mon cabinet.
Avec cet agenda je me libère des moments où je peux aussi prendre du temps pour moi, par exemple prendre une heure dans la semaine pour faire du sport !
J’ai aussi des moments où je me consacre exclusivement à ma famille, le matin et le soir entre 18h et 20h. Cet agenda m’a beaucoup aidé à m’organiser et à me structurer.

Avant la mise en place de cet agenda je faisais tout au “feeling”, mais ce n’était pas optimal, notamment. J’étais souvent interrompue, je n’arrivais pas à terminer les choses et finalement, je n’avais aucune visibilité sur l’avenir. Cet agenda me permet de prioriser les sujets importants et d’avoir de la visibilité sur comment je veux organiser ma semaine.

Si tu avais un seul conseil à donner à un entrepreneur en devenir ou en phase de lancement de son projet, lequel serait-ce ?

Nous avons demandé à Charlotte de répondre en vidéo à cette question. Découvrez sa réponse !

Merci à toi Charlotte ! Pour découvrir son cabinet c’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *