paroles d'entrepreneure , clémentine bouro

Paroles d’entrepreneure : Clémentine Bouro, chargée de communication digitale et entrepreneure inspirante

Thriès donne la parole aux entrepreneurs.es. Nous partageons avec vous leurs expériences, leurs solutions et leurs conseils. Aujourd’hui, en lien avec notre dernier article, nous vous présentons une entrepreneure inspirante : Clémentine Bouro.

Chargée de communication digitale à Lyon, Clémentine a créé Clemberry et gère la communication digitale de plusieurs entreprises, notamment dans la food. Elle a réussi a mettre ses valeurs au centre de son activité. Elle nous parle de son expérience et du “role model” qui a été décisif pour elle, sa maman. Forte de son succès, elle recherche même à recruter un.e stagiaire ou alternance pour la rentrée !

Bonjour Clémentine ! Peux-tu commencer par te présenter et nous en dire plus sur ton activité ?

Bien sûr ! Je suis chargée de communication digitale : je mets en place la stratégie digitale de la marque et l’accompagne dans sa mise en oeuvre. Je m’occupe aussi de toute la production de contenu au travers du Community Management. Et je suis aussi photographe culinaire ! 

Peux tu nous dire quelques mots sur ton activité pendant le confinement et après ? Les impacts que cela a eu et ce que tu avais mis en place ?

J’ai la « chance » d’avoir une activité digitale qui est très demandée et même davantage après la période du confinement, les entreprises se sont aperçues du besoin de communiquer sur les réseaux pour ne pas perdre le lien avec leur clientèle (et gagner aussi en visibilité). Pendant le confinement j’ai donc eu beaucoup de demandes d’entreprises qui avaient la trésorerie et qui se sont dit « c’est le bon moment pour ENFIN m’occuper de ma stratégie digitale et de communiquer sur les réseaux sociaux ». En parallèle, j’ai beaucoup écrit sur les sujets d’engagement, de visibilité et de communication en situation de crise. 

Comment envisages-tu cet été et la rentrée du point de vue de ton activité ?

Plutôt bien, je me dis que l’économie va repartir de plus belle à la rentrée et que nous en sortirons plus forts ! Et j’envisage d’embaucher ma première stagiaire ou alternante à la rentrée (avis aux candidatures) !

Cette semaine, Thriès évoque l’entrepreneuriat au féminin : penses-tu que le fait d’être une femme a pu être un frein ou un moteur pour te lancer ? Pourquoi ?

Depuis toute petite j’ai vu ma maman exercer la profession de cheffe d’entreprise, à la tête de deux agences immobilières, elle m’a toujours impressionné par sa capacité a gérer son emploi du temps bien chargé tout en étant présente pour nous. Je pense qu’être une femme entrepreneure aujourd’hui est bien mieux vu et perçu qu’il y a 10 ans. Cela n’a pas été un frein mais plutôt un moteur en me disant que si, moi aussi je pouvais inspirer d’autres femmes à se lancer, alors ça serait déjà une belle réussite ! 

Quel est ton conseil d’entrepreneure aux femmes souhaitant se lancer dans cette aventure ?

Mon conseil numéro 1 : s’entourer des bonnes personnes. Il y aura toujours quelqu’un pour critiquer ton choix et mettre en doute le fait d’être à son compte, ça lui appartient, se sont ses peurs. Lorsque l’on est entouré de personnes bienveillantes, tout est beaucoup plus fluide et rassurant pour la suite. Ne pas hésiter aussi à sortir de chez soi et d’aller bosser dans un espace de coworking ! 
Mon conseil numéro 2 : respirer et méditer !! Être à son compte c’est rencontrer des hauts et des bas, des montagnes russes émotionnelles au quotidien ! Le sport, la méditation ou encore le yoga m’aident énormément pour canaliser le stress et permettre de prendre du recul sur la situation. (Bon, l’apéro avec des amis le vendredi soir aide aussi beaucoup à se détendre!)

Clemberry sur instagram

n

Merci à Clémentine pour ce partage ! Retrouvez son actualité en la suivant sur Instagram, Facebook et LinkedIn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *