y a-t-il un âge pour entreprendre ?

Y a-t-il un âge pour entreprendre ?

Epineuse question que celle de l’âge idéal pour entreprendre. Si aucun consensus ne peut être établi sur le sujet, nous voulions tout de même vous proposer quelques pistes de réflexion. Lorsque l’on sait que même un mineur peut créer sa société, mais que certains chiffres concernant les dirigeants de PME révèlent que 48% d’entre eux ont plus de 65 ans, il y a de quoi fouiller le sujet. Alors, vaut-il mieux se lancer à 20, 40 ou 60 ans ?

Que disent les chiffres ?

En France, il est possible de créer une société à responsabilité limitée ou unipersonnelle dès l’âge de 16 ans, et ce depuis 2010. Un mineur peut donc, avec l’accord de ses deux parents, créer sa boîte ! A partir de 18 ans, c’est possible pour tout le monde et sous toute forme de société. Pour se lancer, des statuts toujours plus simplifiés ont vu le jour, telle que la microentreprise pour ne citer qu’elle. Ces mesures visant à dynamiser l’économie ont porté leurs fruits puisque en 2019, c’est près de 20% d’entreprises créées en plus par rapport à l’année précédente (+ 16% pour les entreprises individuelles classiques). Les Français sont d’ailleurs aujourd’hui près d’un sur trois à vouloir créer ou reprendre une société (baromètre “Les Français, leur envie d’entreprendre et de développer leur entreprise“, publié en 2020 par Opinionway).

Et dans les faits, ce sont les jeunes qui gonflent les chiffres. Les dirigeants d’entreprises avaient en moyenne 36 ans en 2019. Et en 2018, Sandrine Plana, responsable des études statistiques de l’Agence France Entrepreneur (AFE) déclarait au Parisien : “On sait qu’un quart des créateurs d’entreprise français sont âgés de moins de 30 ans, dont 8 % ont moins de 25 ans, ce qui représente près de 45 000 jeunes chaque année. » Des entrepreneurs toujours plus nombreux donc, et souvent plus jeunes, aidés par les nouvelles technologies et les dispositifs de création d’entreprise plus accessibles.

Charles Deluvio - Y a-t-il un âge pour entreprendre ?

Des difficultés propres à chaque âge pour entreprendre

Alors concrètement, à quelles difficultés fera face un entrepreneur selon son âge ? Les plus jeunes pourront d’abord se voir reprocher leur manque d’expérience… Ils et elles feront peut-être face à des clients ou des partenaires ne les prenant pas au sérieux du fait de leur âge. Sans compter qu’avant un certain âge, ce sont aussi les ressources matérielles et financières qui pourront manquer.

A partir de la trentaine, les entrepreneurs peuvent parfois faire face à la difficulté de concilier vie de famille et parcours professionnel. Pour rappel, l’âge moyen du premier enfant est encore de 28 ans chez les femmes et 31 ans chez les hommes. Difficile parfois de se lancer dans l’entrepreneuriat avec un ou des enfants en bas âge, une vie de famille en construction. L’arrivée dans la quarantaine peut paraître plus sereine, pourtant, entreprendre est un bousculement des habitudes parfois difficile à appréhender à cet âge, lorsqu’un confort financier est souvent installé.

Enfin, au delà de 50 ans, les entrepreneurs sont encore trop souvent victimes d’a priori sur leur âge : à l’inverse des jeunes débutants mis à mal par leur manque d’expérience, on leur reprochera de n’être plus à jour des méthodes et outils du monde de l’entreprise actuel. Des difficultés bien tangibles donc, à chaque âge, entre manque de temps, de moyen, d’expérience ou de confiance…

Mais surtout… des opportunités !

Mais en changeant de perspectives, il est possible de voir de véritables leviers de performance et de réussite pour entreprendre à tout âge ! Le regard sur les différentes classes d’âge et l’entrepreneuriat est en train d’évoluer. A l’image des grands startupers à succès ayant fait fortune très jeunes, on voit de plus en plus d’hommes et de femmes plus âgés se lancer dans l’aventure.

Démarrer son activité entrepreneuriale très jeune peut être un atout : si l’on a peu d’apport à cet âge, on a également très peu de contraintes. Lancer son business au fond de sa chambre chez papa et maman, quoi de plus confortable ? En sortant des études, ou après quelques expériences professionnelles, les 25-30 ans sont également très dynamiques. Ils et elles peuvent alors profiter de cette période pour créer leur boîte. A la trentaine, si la vie de famille peut être un frein, l’entrepreneuriat est souvent vu comme un moyen de la préserver. Adapter son activité à ses contraintes, faire avec ses moyens et ses disponibilités, tout est possible.

La quarantaine est également une période propice au changement, avec sa fameuse “crise”. Les enfants grandissant, les actifs se posent parfois la question de la reconversion professionnelle. Cette période est idéale pour se fixer de nouveaux objectifs, plus en phase avec nos aspirations. Enfin, les entrepreneurs plus âgés, cinquantenaires, soixantenaires (voire plus !), bénéficient d’une grande expérience et parfois d’un bagage financier non négligeable lorsque l’on lance une activité.

Les héroïnes de la série Grace&Frankie, deux septuagénaires ayant lancé leur société de sextoy pour femmes mûres

n

Chez Thriès, nous accompagnons les entrepreneurs de tous âge ! Et nous avons des entrepreneurs inspirants à nos côtés dans toutes les tranches d’âge… Nous pourrions vous citer l’exemple d’une développeuse web qui a créé sa boîte avant même de quitter l’école et la maison parentale ; ou encore une ancienne médecin généraliste reconvertie dans la rédaction… L’important ne serait-il pas de croire en soi et en son projet, peut importe son âge ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *